27 juillet 2010

Les chauves-souris d’Auvergne

 

Les chauves-souris d’Auvergne


28 espèces sont connues en Auvergne à ce jour. Elles se répartissent en trois familles :


Les Rhinolophidés


La famille des Rhinolophes se caractérise par un appendice nasal en forme de fer à cheval et une façon typique de se suspendre aux parois enveloppés dans leurs ailes, ce qui donne un aspect de cocon à la chauve-souris lorsqu’elle est suspendue.

Cette feuille nasale caractéristique leur sert à l’émission des ultrasons, ce qui permet aux Rhinolophes de pouvoir chasser tout en continuant à émettre des ultrasons.

Les Rhinolophes figurent parmi les espèces les plus rares en Europe, et ils sont extrêmement menacés par la disparition de leurs milieux de vie (bocage, prairies naturelles pâturées, …), la disparition de leurs gîtes de reproduction et d’hibernation, le dérangement (surtout en hibernation) et les insecticides.

Il existe en Europe 5 espèces dont 3 sont présentes en Auvergne :

–          Petit Rhinolophe (Rhinolophus hipposideros)

–          Grand Rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum)

–          Rhinolophe euryale (Rhinolophus euryale)

 

Les Vespertilionidés


La famille des Vespertilionidés regroupe la majeure partie des espèces d’Europe. Globalement, elle présente un faciès de souris, mais dans le détail la face des différentes espèces de cette famille est assez variable entre les genres Myotis (les Murins), Eptesicus et Vespertilio (les Sérotines), Pipistrellus (les Pipistrelles), Nyctalus (les Noctules), Hypsugo (Vespère de Savi), Plecotus (les Oreillards), Barbastella (Barbastelle) et Miniopterus (Minioptère de Schreibers).

La taille est aussi très variable au sein de cette grande famille puisque l’on y rencontre à la fois la plus petite chauve-souris européenne (la Pipistrelle pygmée) et la plus grande (la Grand Noctule) dans cette famille.

Il existe en Europe 28 espèces de Vespertilionidés dont 24 sont connues en Auvergne :

–          Genre Eptesicus : Sérotine commune (Eptesicus serotinus) et Sérotine de Nilsson ou boréale (Eptesicus nilssonii).

–          Genre Nyctalus : Noctule commune (Nyctalus noctula), Noctule de Leisler (Nyctalus leisleri) et Grande Noctule (Nyctalus lasiopterus).

–          Genre Myotis : Murin de Daubenton (Myotis daubentonii), Murin de Brandt (Myotis brandtii), Murin à moustaches (Myotis mystacinus), Murin d’Alcathoe (Myotis alcathoe), Murin à oreilles échancrées (Myotis emarginatus), Murin de Natterer (Myotis nattereri), Murin de Bechstein (Myotis bechsteinii) Petit Murin (Myotis blythii) et Grand Murin (Myotis myotis).

–          Genre Vespertilio : Sérotine bicolore (Vespertilio murinus).

–          Genre Plecotus : Oreillard brun (Plecotus auritus) et Oreillard gris (Plecotus austriacus).

–          Genre Pipistrellus : Pipistrelle commune (Pipistrellus pipistrellus), Pipistrelle de Kuhl (Pipistrellus kuhlii), Pipistrelle pygmée (Pipistrellus pygmaeus) et Pipistrelle de Nathusius (Pipistrellus nathusii).

–          Genre Hypsugo : Vespère de Savi (Hypsugo savii).

–          Genre Barbastella : Barbastelle (Barbastella barbastellus).

–          Genre Miniopterus : Minioptère de Schreibers (Miniopterus schreibersii).


Les Molossidés


La famille des Molossidés se caractérise par un faciès que l’on compare classiquement à celui d’un chien. Cette famille ne compte qu’un seul représentant en Europe, le Molosse de Cestoni (Tadarida teniotis) qui est donc également le seul Molossidé présent en Auvergne.

 

Retour au sommaire de l’encyclopédie